Modifier

Une entrée sur le boulevard

L'hôtel particulier a été bâti selon une nouveau type puisque à l'origine quand le boulevard a été créé sur l'emprise de l'enceinte de Louis XIII arasée les règlements d'urbanisme imposaient d'ériger de hauts murs autours des propriétés ouvrant sur les rues perpendiculaires.

Côté faubourg, le boulevard Montmartre est resté longtemps campagnard avec des terrains voués aux cultures maraîchères. Ensuite, les jardins clos des hôtels bâtis de part et d'autre de l'îlot s'étendaient le long du boulevard.

Le banquier, fermier général et promoteur Jean-Joseph Laborde qui a racheté en 1765 le vieil hôtel du coin de la rue et son jardin le long du boulevard fait appel à l'architecte Firmin Perlin (dont cette seule réalisation subsiste à Paris aujourd'hui).

L’hôtel de Mercy-Argenteau fin XVIIIᵉ

Perlin a prévu un grand corps de logis de deux étages, au-devant d’une cour, flanqué à droite par les dépendances, qu’on appellera le petit hôtel, et à gauche par le jardin, le tout s’allongeant parallèlement au boulevard.

L’entrée se fait par une porte cochère ouvrant sur la promenade. C’est une disposition rare, qui rompt avec la tradition parisienne de l’hôtel entre cour et jardin, censée préserver l’intimité. La façade, d’un dessin très sobre, est un bel exemple du style néoclassique français. L’hôtel bénéficie par ailleurs d’une terrasse, d’où la vue sur Paris est très étendue. Le chantier est à peine commencé que Laborde vend l’usufruit de l’hôtel projeté au comte de Mercy-Argenteau.

Le vestibule

Un vestibule couvert, décoré de colonnes et de niches, permet aux visiteurs de descendre de carrosse à l’abri des intempéries. Ils sont ensuite dirigés, à travers un second vestibule et un portique, également décoré à l’antique, vers le grand escalier, qui ne dessert, dans un esprit d’ostentation, que le premier étage.

Les travaux du siècle suivant l'ont réduite tout comme la cour en enfilade par-dessus laquelle la salle des fêtes attribuée à l'architecte Charles Garnier a été construite dans l'étage noble.

< L'hôtel de Mercy-Argenteau L'escalier d'honneur >


Plus d'histoire sur le boulevard

© 2018